Réflexions de l’Artiste (3)

Rémy Ladoré

« … L’oeuvre d’art fait donc subodorer une réalité que l’on ne voit pas. Subodorer, c’est faire marcher l’intuition qui est l’odorat de l’esprit. On voudrait n’avoir aucune lassitude d’écoute ou de vue (d’oeuvre d’art) et que l’émotion, l’éblouissement, occasionné par ces dernières ne s´émousse pas. C’est cela la soif d’un bonheur suprême, et c’est le fait que nous nous lassions d’une oeuvre, qui prouve, que l’oeuvre d’art n’est pas parfaite parceque le parfait ne lasse pas.

…Il faut montrer ce que l’on réalise, c’est un acte de solidarité, pour le cas ou ceux qui regardent y trouveraient du bonheur, c’est bien si cela plait mais ceux qui aiment n’auront pas besoin qu’on leur fasse l’article, ni d’avoir un justificatif pour apprécier ou pour acheter.

Je n’ai jamais eu besoin du verbiage d’un critique sur une oeuvre musicale pour acheter un disque ou une cassette, si j’achète c’est parce que j’ai entendu une oeuvre qui m’a touché et que je veux entendre à nouveau, mais je me moque de la littérature faite autour de cette oeuvre. C’est cela la véritable attitude devant l’art. La personne doit se décider pour une oeuvre sans influence. »